Le feuilleton de Nigel Wilkins

  • Septembre 1918 - des Annales de Lyre No. 163.Faits de Guerre France. – 8 août. *Offensive franco-anglaise* sur le front d’Amiens. – 10. Reprise de Montdid...

jeudi 4 janvier 2018

Vœux 2018

Chères amies et amis,

Un vœu, avant de devenir un souhait ardent - ou de circonstance -, était originairement une promesse.
Lorsque le Président du Conseil Général, Jean-Louis Destans, à sa demande, nous avait reçu, Daniel Mignot, June et moi, quelques mois après la création de la médiathèque pour savoir où nous en étions, nous l’avions bien surpris en paraphrasant la célèbre sentence de John F. Kennedy (reprise le 31 au soir par un certain, l’aviez-vous remarqué?) : nous ne lui demandions rien, sinon son attention bienveillante, c’était à nous de nous demander ce que nous pouvions apporter au Département et non pas ce que le Département pouvait nous apporter.

Cette promesse, je crois, nous l’avons assez bien tenue. Nous apportons des services.
Pour les cours de langue : June et Janine, Véronique et Diane qui viennent de loin, vous donnent de leur temps sans compter les mardis après-midi ; et il y a affluence.
Les jeudis et samedis, June dispense des cours particuliers d’anglais.

Côté informatique, la situation a bien évolué. Tout le monde ou presque est connecté ou par un smartphone ou par un ordinateur ou des deux. La fracture numérique n’est pas côté matériel ou de connectique sauf quand un poteau téléphonique est cassé, mais si cela arrive, et alors on vient utiliser la wifi de la médiathèque, de même pour les vacanciers et les résidents secondaires. La fracture est générationnelle. Les aînés ont besoin d’être accompagnés calmement et lentement, en y passant le temps qu’il faut, en répétant autant qu’il faut, ce que ne savent pas faire leurs enfants et encore moins leurs petits-enfants. Les aides informatiques des mardis matin, jeudis et samedis après-midi dont je m’occupe s’adaptent à cela, et les boisnormantois en profitent bien tour à tour.

Les cours de langues (il faut les préparer en amont, cela ne s’improvise pas) et d’informatique sont très chronophages. Ils répondent à de réels besoins, ils ont un public fidèle qui grossit et se renouvelle, même s’ils sont moins spectaculaires qu’une exposition de peinture ou un concert.

Nous allons, en 2018, nous concentrer sur ces services rendus à la population boisnormantoise et des environs (nous rayonnons à 40 km). Cela suppose d’élaguer deux choses. Alors qui voudra s’occuper d’une expo de peintures en 2018 à Bois-Normand prendra son courage à deux mains et soumettra ses projets à la nouvelle Municipalité. Pour réussir il faut du travail, du travail et encore un peu plus de travail. De même, après que la MCBN ait donné un sacré coup de main en 2017, lors de la Fête de la Musique, il appartiendra à Jazz aux Bois de faire vivre avec ses propres forces son Festival, toujours en accord avec la nouvelle Municipalité.
Côté lecture, après avoir commencé avec des étagères vidées de livres français, nous avons bénéficié grâce à vous d’importants dons de livres de qualité qui sont maintenant le Trésor de la MCBN. Grâce aux marchés de Noël, de Pâques, aux repas préparés par Richard Gillis, et à vos dons, nous pouvons aussi, désormais, commander des livres pour satisfaire des demandes précises de lectrices (plus nombreuses que les lecteurs…). Et nous nous sommes équipés du matériel informatique nécessaire. Ce qui va enfin permettre de mener à bien le chantier de mise en valeur numérique du fonds de livres de la MCBN, et d’étonner les bibliothèques du Département.
Enfin la MCBN a tout pour être et est déjà une petite université du 3e âge, donc il faut pouvoir y réserver et y consacrer du temps. Voilà le programme toujours avec la gratuité complète qui est notre ADN. Gardons les yeux émerveillés devant les nouveautés comme ce petit enfant et son copain le chat, et bonne année 2018 !
Bertrand Wicquart, dit Béber